Sauts quantiques

Si les sauts quantiques étaient à la base de la médecine informationnelle ?

John A. Wheeler A écrit : « la troisième physique est celle de la physique fondée sur l’information ».

Le physicien Christopher Fuchs d’ajouter:  « Nous sommes passés de la physique ou mécanique quantique à une  théorie quantique de l’information ».

Les flux d’information incontrôlés sont partout: flux de capitaux financiers, flux de marchandises, flux Internet et flux de nouvelles en boucle avec les chaînes d’info en continu, flux de personnes, flux de migrants…

La théorie quantique de l’information est donc une théorie qui décrit le
« comportement » des informations.

Echanges et transformations de l’information seront utilisés dans l’avenir pour comprendre l’univers.

Notre enseignement M2P Champ Informationnel est une combinaison subtile de médecine informationnelle et de soins holistiques quantiques.

Matrice Informationnelle et dualité ondes-particules

Matrice-informationnelle

Il existerait une « matrice» informationnelle », située hors du temps et de l’espace. C’est à partir des informations « lues» dans cette matrice qu’apparaîtrait et se déroulerait tout l’univers:

Galaxies, trous noirs, étoiles, planètes, êtres vivants et nous, les humains. Le tout dans une spatialité, une temporalité produite à partir de la lecture séquentielle des informations de cette matrice transcendantale.

Le temps serait simplement l’expression de la vitesse de traitement de l’information par une conscience.

Nos pensées sont de l’information à l’état pur. Nous-mêmes, produisons ou accédons à l’information par nos interactions avec notre environnement.
L’interaction produit de l’information.

On appelle « univers phénoménal », celui que nous observons chaque jour autour de nous (y compris nous-mêmes).
Ce dernier serait le résultat d’une information sous-jacente. Celle-ci serait structurée en une sorte de matrice, un réseau, situé hors l’espace-temps, hors de la matière-énergie, hors des champs de force.

La lecture de cette matrice informationnelle se traduirait en espace, temps, matière-énergie, particules-ondes, champ de force, en… Univers

Les particules-ondes ne forment pas un monde de phénomène déterminés, mais un monde de potentialités, de possibilités, de probabilités.

La lecture de la matrice informationnelle produit des champs oscillants … des ondes. Elles seraient susceptibles d’être « intriquées » et de donner naissance par interaction avec des instruments de détection, par exemple à des phénomènes de particules-ondes intriquées.

Cette lecture matricielle « actualise » les états (intrication, direction, amplitude, fréquence, polarisation, spines…) d’une dualité particules-ondes dissociée de toute temporalisation.

La matrice informationnelle, de par son principe de fonctionnement  correspond au découplage entre informations d’espace et informations d’état. Le produit au niveau phénoménal en est la non-localité.

Il est possible d’observer une actualisation de coïncidences entre les phénomènes et l’observateur (synchronicités), via des appareils de mesure.

Non-localité spatiale et temporelle

De fait, à la « non-localité spatiale », nous devons ajouter une « non-localité temporelle ».
Les fondements de l’univers ne sont pas inscrits dans une spatialité ni dans une temporalité et donc dans une causalité.

Les fondements de l’univers forment donc un « bloc », hors de l’espace et du temps. ces derniers n’étant que les conditions d’actualisation « spatio-temporelles » de ce « bloc » par son interférence avec lui-même.

Tout ce qui existe, n’est pas tantôt onde, tantôt particules, mais en permanence à la fois onde et particule dans des proportions variées.

En résumé, la matrice informationnelle contient des informations d’État ondes-particules et d’interaction entre les ondes.

La matrice informationnelle possède une autre caractéristique importante:

  • Elle ne contient pas d’information de spatialisation (extension dans un espace tridimensionnel)

  • ou de temporalité (extension sur un vecteur temps passé-présent–futur.)

De fait, les expériences au niveau quantique nous montrent une non-localité spatiale :

  • Non localité spatiale: un système peut être étendu indéfiniment dans l’espace et présenter pourtant une simultanéité de changement d’état à distance

  • Non-localité temporelle: un système peut être étendu indéfiniment dans l’espace-temps et pourtant se comporter comme si il était hors du temps commun. C’est comme « prédire » son évolution à partir du passé ou comme « changer » son passé en fonction de son état futur.
Non-localité-ondes-particules

Sauts quantiques et Univers Parallèles ?

Sauts-quantiques-Univers-parallèles

Le saut quantique d’un univers vers un autre univers parallèle différent est possible.

Pour la conscience, Il y a fondamentalement des possibilités, une potentialité, de sauts quantiques dans la matrice voisine. C’est à dire à des univers quasi parallèles.

Ces réalités parallèles, très proches les uns les autres dans l’hypermatrice, sont très peu différentes.
Ainsi, ces sauts sont pratiquement imperceptibles pour une conscience humaine.

Notre conscience individuelle d’être humain fluctue entre différents univers parallèles, ce qui doit forcément nous amener à revisiter la question du changement d’univers.

La pensée et l’intelligence créatrice sont souvent le signe d’un saut matriciel, dans un autre univers.

Donc, ce qu’on appelle la conscience, au niveau de la multimatrice, ce sont des « points de lecture » qui fluctuent entre matrices proches.

Chaque matrice permet d’actualiser un univers.

Ainsi, le multivers représente des infinités d’univers qui se côtoient ou qui sont emboîtés les uns dans les autres à l’infini.

Ce sont ces univers parallèles au nôtre qu’il nous est possible d’atteindre en permanence.

Ce n’est pas plus étrange que le fait de changer de chaîne sur votre téléviseur, simplement en appuyant sur un bouton de la télécommande.

La première chaîne est de l’information.  La seconde aussi. Vous n’avez fait que passer d’une information à une autre.

Au niveau des particules fondamentales constituant la matière, le modèle d’une multiplicité de réalités parallèles signifie qu’une particule fonctionnera de la manière suivante:
Elle ira d’un point A vers un point B, n’empruntant pas un seul chemin, mais  une multiplicité de sentiers.

Une particule ou un atome, pourront donc posséder en même temps plusieurs états différents.

Les recherches actuelles au niveau de la physique quantique nous confirment l’idée que les particules ou les ondes, peuvent se trouver en même temps, dans deux états différents au même moment.

Hologramme du cerveau quantique

Notre cerveau est un hologramme.

La circulation des signaux (les influx nerveux et les potentiels d’action) se font par des prolongements des neurones (les dendrites et les axones).
Leur transmission d’un neurone à l’autre passe par les synapses (bouton synaptique).

Celles-ci sont des lieux précis où les neurones entrent en contact les uns avec les autres par l’intermédiaire de molécules chimiques spéciales:  les neurotransmetteurs (ou neuromodulateurs ayant une fonction  spécifique de régulation).

À l’intérieur de tous les neurones se trouve un très grand nombre de microtubules.  de petits tubes qui servent au maintien de l’architecture du neurone (comme un squelette) et aussi à l’élaboration moléculaire.

C’est dans ces microtubules que se joueraient des phénomènes d’ordre quantique pouvant expliquer la conscience.

Dans la maladie de Parkinson, Ces microtubules sont progressivement détruits:  Les protéines tau ne régulent plus l’assemblage des microtubules.

Hologramme-Cerveau-quantique

Sauts quantiques passé, présent, futur ?

Sauts-quantiques-Passé-présent-futur

Le temps n’existe pas. La sensation du temps correspond à une vague de densification de la conscience collective qui vient modifier localement la réalité à une ou plusieurs époques simultanées, comme illustré dans le film Cloud atlas 

Donc ce qu’on appelle futur, ce sont des évènements passés, des informations passées qui ne nous sont pas encore arrivées… mais elles sont passées !

Si je regarde le même évènement depuis Mars ou depuis la terre, par exemple, on peut dire que…

  • Le futur, c’est de l’information passée qui ne nous est pas encore arrivée.

  • La journée de demain c’est du passé qui n’est pas encore arrivé, c’est pour cela que c’est du futur.

Dans la matrice-bloc, le passé de l’observateur existe toujours et son futur existe déjà. Passé et futur sont comme prédéfinis, « écrits » dans la grande matrice informationnelle.
Cela pose la question des niveaux de libre-arbitre et de déterminisme !

La lecture de la matrice donne aux consciences humaines la sensation et l’illusion du temps.

Le présent n’existe pas, c’est un point de basculement entre passé et futur.

Fluctuations quantiques du vide et sauts quantiques

Le vide n’est pas à proprement parler… Vide !

Le vide est rempli d’énergie au sens où il est peuplé de « particules-ondes » invisibles, car de durée de vie bien trop courte.

Le vide possède donc un potentiel de création spontanée de « particules-ondes », de « particules virtuelles ».
La capacité à accéder à cette vacuité favorise les sauts quantiques.

Ces « particules ondes » qui apparaissent et disparaissent, sont appelés les fluctuations quantiques du vide.

L’effet Casimir qui fait la démonstration de l’énergie du vide, dérive de la théorie quantique des champs. Cette dernière considère tous les champs (magnétique, électrique, électromagnétiques, force nucléaire faible effort, gravité…) Comme des trames quantiques.

La fluctuation du vide quantique se traduit par l’émergence de « particules virtuelles » dont la durée de vie est infinitésimale, avant de retourner au vide.

La lecture de la matrice donne l’espace-temps.
Le vide quantique donne la trame quantique qui contient le potentiel de tout l’univers.

Ce sont des fluctuations du vide, suivant les informations de la matrice informationnelle, qui créent les champs de force, les systèmes ondulatoires, les particules.

  • L’information physique  correspondant à la réalité manifestée dans l’espace-temps passé, présent ou futur est d’autant plus dense le long d’une ligne temporelle que celle-ci est plus probable.

  • L’information quantique varie en sens inverse de l’information physique. Elle est dotée d’une densité correspondant de façon complémentaire à celle du vide quantique, qui contient une myriade de potentiels (segment temporels) non manifestés.

L’information du vide serait donc implémentée sous forme de chaînes causales formant des séquences temporelles de réalités non-physiques.

Cette actualisation quantique aboutit à l’expansion de l’univers dans lequel nous sommes.
C’est un univers dans lequel le génie de l’homme l’a amené à réaliser des expériences quantiques, à sonder la matière-énergie. Il y  découvrele reflet de ce qui est de l’autre côté de la trame quantique… La matrice!

La matrice est simplement la face informationnelle de la trame quantique et l’univers est la face d’actualisation de la trame quantique…

Prenons une feuille blanche, le recto est la matrice informationnelle, le verso est l’univers actualisé: C’est pourtant la même feuille de papier.

Sauts-quantiques-fluctuation-vide

Le détachement favorise les sauts quantiques

Sauts-quantiques-détachement

Vous devez agir,  tout en renonçant aux fruits de votre action. C’est contre-intuitif !
Pourtant, la vraie sagesse est de faire ce que vous devez faire. En même temps, vous ne devez vous permettre aucun attachement aux fruits de l’action, que ses fruits soient bons ou mauvais.

Le désir et l’action sont tous deux dans l’ordre de l’univers phénoménal et ils y trouvent leur nécessité. On ne peut y échapper et vouloir y échapper crée d’autres désirs et d’autres actions qui nous enchaînent.

Aussi, il s’agit de faire ce qu’il faut faire, mais dans le détachement des résultats du désir et de l’action.

Le véritable détachement, renoncement consiste à accomplir toutes les actions que cet univers nous réclame. Sans pour autant être attaché aux fruits de l’action.  On n’attend donc rien des actions mais on réalise les actions.

Si vous agissez sans effort, c’est-à-dire sans « la passion de l’avidité », juste parce qu’il faut agir, alors vous serez détaché.

  • Celui qui court après ses désirs est comme l’homme qui voudrait attraper les remous, les tourbillons du torrent.

  • Celui qui renonce à l’action est comme l’homme qui voudrait lutter contre le courant du torrent.

  • Mais celui qui renonce véritablement est comme l’homme qui se laisse emporter, sans lutter et sans effort par le torrent.
    Les remous, les tourbillons sont les motifs de son action, simplement parce qu’ils sont là, mais il ne lutte pas contre, ni ne cherche à les saisir.

Détachement versus renoncement

La chose que vous désirez et que vous voyez dans cet univers, ce n’est pas la chose que vous devez atteindre. Vous devez y renoncer, ne plus la considérer comme désirable en elle-même. Il s’agit d’ orienter votre désir vers cette même chose dans un autre univers parallèle.

Vous changerez d’univers et vous n’aurez même pas à atteindre la chose, car dans ce nouvel univers elle vous sera donnée automatiquement. En effet, vous avez choisi l’univers parallèle où la chose vous est naturellement échue (de l’équilibre de santé à tout projet personnel concret).

Ce renoncement, cette sorte de passivité apparente, ne signifie pas que l’on devient amorphe et réellement passif, car c’est là une autre illusion. Une telle « passivité forcée » est très agissante.

On s’aperçoit vite que l’on doit faire des efforts pour renoncer et être passif.  Ces efforts nous attachent à l’univers actuel aussi bien que les efforts pour satisfaire nos désirs.

En quelque sorte, nous nous retrouvons attachés à un univers acétique, un univers de renoncement !

C’est sans doute le pire des attachements, car il est de plus aveuglé par la croyance en notre détachement.

Pour celui qui a atteint la sagesse, il est possible de vivre tout cela, de vivre cette illusion, tout en gardant aussi un ancrage dans le discernement.

Alors, on agit sans rechercher le fruit des actions, on prend les choses, les situations, les êtres un à un pour ce qu’ils sont à l’instant présent.

S’il  y a des souffrances à endurer on les endure, s’il y a des plaisirs à vivre, on les vit.

Il est tout aussi illusoire de renoncer à toute action que de plonger dans l’action sans discernement.

Vous êtes amené à agir, mais rien ne vous oblige à jouir du fruit de vos actions.

Agissez donc sans poursuivre le résultat de tes actions, Qu’il y ait ce qu’on appelle communément succès ou échec.

Ne renoncez pas non plus à l’action.

La vraie vacuité, bien comprise et mise en acte, incarnée, consiste à faire ce qu’il faut faire au moment présent, tout en restant intérieurement dans un vrai détachement.

Détachement-versus-renoncement

Les portes d'accès aux sauts quantiques

Porte-accès-sauts-quantiques

Une fois transcendé le désir, voici deux clefs pour effectuer les sauts quantiques et  changer d’univers : Intention et Attention

L’intention c’est « le désir sans l’attachement aux résultats », voyons pourquoi …

L’intention à la capacité d’exciter certains « potentiels » privilégiés du vide quantique en les « densifiant » en informations physiques.

Toute intention nouvelle mémorisée dans le cerveau implique un futur nouvellement excité par le moi. Cette excitation s’effectue par le biais d’une connexion quanto-gravitationnelle avec le cerveau qui permet l’entrée/ sortie d’informations de « mises à jour » de l’espace-temps.

L’intention excite donc un nouveau futur, Celui-ci à son tour influence le présent.

L’attention (le fait d’observer) le fait rentrer dans la réalité.

Le saut d’un univers à l’autre se réalise en un clin d’œil, pourtant, cela peut parfois prendre beaucoup de temps avant de se produire.

Le champ du point-zéro, est le Champ infini de toutes les potentialités. Il est aussi une zone d’indétermination, au cœur de tous les possibles, dans un nuage de probabilité.

L’opposition dedans /dehors vous conforte dans le sentiment d’être un moi, organiquement et psychologiquement parlant, dans un univers qui vous est étranger, séparé, indépendant.

Pourtant l’analyse phénoménologique de son côté, vous montre bien que tout ceci n’est qu’une expérience mentale, une belle illusion !
Toute cette expérience de vous, là, et de l’univers autour de vous, est un réflexe, une traduction automatique.
A la base, ce qui est, ce qui est vraiment, c’est une expérience de conscience, de pensée, composée de l’ensemble des sensations-perceptions-conscience, c’est-à-dire des phénomènes de conscience.

Activer les lois non-causales

Il s’agit de quitter l’état d’urgence, d’impératif absolu, que prend souvent le désir.
La méthode M2P Champ informationnel permet ces sauts quantiques progressivement.
L’accès à la nouvelle réalité s’effectue par la transmutation des charges émotionnelles et mentales  au point-zéro.

Pour reprendre la métaphore de la rivière, il convient tout d’abord de quitter les flots tumultueux de la rivière de nos désirs cumulés sous forme de charges émotionnelles et mentales. L’objectif  est de s’asseoir au bord de cette rivière pour regarder passer nos désirs dans le détachement intérieur.

Il s’agit d’évoquer le but à atteindre, l’objet de la volonté, puis de mettre cela de côté, comme si cela était déjà réalisé pour que le saut dans un univers parallèle se réalise.

Le problème n’est pas celui des désirs, de l’action pour les réaliser, mais celui de l’attente du résultat des actions.

Les trois grands empêchements pour actualiser de nouvelles réalités par les sauts quantiques sont  les émotions, les désirs et les croyances.
Les cinq émotions principales sont l’amour, la haine, la joie, la tristesse et la peur.

La vacuité est inatteignable pour ceux qui sont dans l’erreur liée à la croyance qu’il existe véritablement un chemin vers quelque chose qu’il faudrait atteindre.

Si vous pensez qu’il y a des causes et des effets et que l’on peut jouer sur les causes pour produire des effets, vous faites fausse route. Les sauts quantiques passent par la mise en oeuvre de  lois non-causales.

Changer d’univers c’est se libérer des contraintes des lois de la physique classique de Newton.

lois-non-causales
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire